Catégories

Meilleures ventes

Recherche dans le blog

Nouveaux produits

GAÏA - TERRE MERE MONTPELLIER

Publié le 21/12/2017

  •     LA BOUTIQUE ESOTERIQUE DES PIERRES ET MINERAUX, SPIRITUALITE, BIEN ETRE, ARTICLES RELIGIEUX  ET ESOTERISME A MONTPELLIER

 

  • GAÏA MONTPELLIER

 

  •  « Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants. » ( souvent attribuée à Antoine de Saint-Exupéry ou d'autres cette citation est d'origine indienne : La Terre n'est pas un don de nos parents. Ce sont nos enfants qui nous la prêtent )

 

 

  • Dans la mythologie grecque, Gaïa est une déesse primordiale identifiée à la « Déesse mère ». Elle est l'ancêtre maternelle des races divines, mais enfante aussi de nombreuses créatures. Elle apparait en outre comme une divinité chtonienne que l'on invoquait ou à laquelle on sacrifiait des victimes de couleur claire en même temps qu'aux autres puissances infernales, telles qu'Hadès, Perséphone, Hécate ou celles de la Nuit : Virgile (?), Enéide...

 

 

  • Au commencement, il y avait le chaos, puis survient Gaïa et Éros (l’amour). Dans un premier temps, Gaïa donne naissance à Ouranos (qui représente le ciel), sans l’intervention d’un mâle, puis à Pontos (le Flot marin) et à Ouréa (les Montagnes et les haut Monts). Gaïa et Ouranos mettrons au monde les Titans et Titanides (divinités de très grande taille), ainsi que les Cyclopes.
  • Ouranos ne supporte plus sa progéniture, et demande à Gaïa de les garder dans son ventre, sinon il les enfermerait dans le Tartare, le monde d’en bas, ou les enfers chez les Grecs.

 

 

  • Ce qui est très étonnent, c’est que ce récit ressemble beaucoup à ce que raconte l’Enûma Elis, le récit de l’origine des dieux Sumériens. En effet, les points communs sont troublants, au point de se demander s’il ne s’agit pas de la même histoire. Gaïa correspond sans ambigüité à Tiamat, et Ouranos à Absu, qui se plain de sa progéniture divine, au point de vouloir s’en débarrasser. Il est intéressant de constater également qu’Absu est maître des mondes souterrains et qu’Ouranos semble régner sur le Tartare.
  • Une autre similitude ressort du fait que Tiamat et Gaïa (Divinité féminine) semble être à l’origine de la création des Dieux, sans l’aide d’un mâle, c’est-à-dire sans rapport sexuel. L’Enuma Elis étant nettement plus ancien que le mythe de Gaïa, le mythe très répandu de la Déesse mère pourrait venir de Tiamat, et par héritage de Damkina (certainement sa fille), qui représentera la Déesse mère chez les Sumériens, puis dans beaucoup d’autres civilisations.

 

  • La Terre-Mère des anciens est presque toujours désignée sous les noms de Gaïa ou Gé en Grèce, de Tellus ou de Terra-Mater chez les Romains, tous considérés comme des traductions littérales du mot "Terre". Mais au gré des traditions tardives, elle se confond, notamment chez les poètes, avec d'autres puissances fécondatrices, telles la déesse-mère phrygienne Cybèle (plus fréquemment assimilée à la Rhéa grecque) ou la déesse du foyer Hestia ou Vesta (notamment dans les Fastes du poète latin Ovide). Eschyle considère pour sa part qu'elle ne fait qu'une avec Thémis (Prométhée enchaîné) et les traditions orphiques la désignent volontiers sous le vocable de Chthon en tant que puissance infernale (divers orphiques).
  • Dans la tradition gnostique au sens le plus élargi, la Terre-Mère est formée de l'Éon Achamoth (ou Sophia-Terrestre la sagesse), rejetée du Plérôme où l'engendra à elle seule l'Eon Sophia du Dodécade (sans appoint de son pendant mâle, Thélêtos (ou Christos) la volonté). Elle erre ainsi, disséminant à travers le Kérôme, et ne faisant bientôt plus qu'un tout avec le plan terrestre.
  • Gaïa est assimilée au dieu de la Terre égyptien Geb.

 

  • En tant que divinité première, Gaïa est, d'une certaine manière, la gardienne du pouvoir divin : c'est elle qui provoque la rébellion de Cronos contre Ouranos et celle de son petit-fils Zeus contre Cronos, en une certaine quête du souverain parfait ; mais elle dresse aussi ses fils monstrueux, les Géants et Typhon, contre Zeus, mutineries vouées à l'échec. De cette façon, les Grecs ont voulu sans doute représenter les deux aspects de la nature : capable de créer la beauté harmonieuse, mais également capable de faire resurgir le chaos originel.
  • Elle est aussi la première divinité qui pouvait prédire l'avenir, notamment à Delphes, où elle sera finalement remplacée par Thémis puis Phœbé (Eschyle, les Euménides, 1 et suiv.) puis par Apollon. Mais d'autres traditions affirment qu'elle a été remplacée directement par Apollon après que celui-ci eut percé de ses flèches le dragon Python, gardien du sanctuaire de Gaïa (Hymne homérique à Apollon), né de cette dernière et du dieu-fleuve Nil juste après le Déluge (Ovide, Métamorphoses).

 

  • Quoi qu’il en soit, l’adoration à une déesse mère a toujours été prédominante, et encore plus aujourd’hui, maintenant que les religions catholiques perdent jour après jour, de plus en plus de leur pouvoir sur la spiritualité. Le pouvoir de la déesse mère n’a jamais été aussi puissant, et avec elle le mythe de Gaïa.
  • En effet, notre monde est en pleins changements. Qu’est-ce qui représente le mieux la spiritualité à notre époque ? Qu’est-ce qui mobilisent les opinions du monde entier ? Qu’est-ce qui choque le plus l’opinion publique ? Sans aucun doute, tout ce qui touche à l’Ecosystème de notre planète, l’environnement, la préservation et la protection de la vie, le bien être de tous les êtres vivants.
  • C’est exactement ce que représente le mythe de Gaïa dans nos esprits d’aujourd’hui. Un être vivant, sensible, supérieur, donnant la vie, et vénérée comme notre mère.
  • Nous entrons dans une nouvelle ère, peut être même une nouvelle spiritualité en lien avec l’Ethique que gouverne le mythe de Gaïa.

 

  •   Certains vont même jusqu’à prétendre que la terre est vivante, et que Gaïa a une véritable conscience. C’est tout à fait possible, dans le sens où il existerait probablement plusieurs niveaux de consciences à toutes les échelles de notre monde, dans l’infiniment grand comme dans l’infiniment petit. A en croire certaines recherches de Carl Joan Calleman sur l’évolution fractale de la conscience, l’existence théorique des champs morphiques, et les travaux de Jung sur la psychologie des profondeurs, l’existence de la conscience de Gaïa devient plausible.

 

 

 

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.

PayPal